• Cybercrcriminalité : phishing Microsoft passe à l'offensive

     


    Pour démanteler les gangs d'arnaques par phishing, l'éditeur apporte son expertise technique aux forces de l'ordre en les formant aux astuces des escrocs. Après les Etats-Unis, cette collaboration s'ouvre à l'Europe, où il va déposer aussi des plaintes.

    Microsoft élargit à l'Europe son offensive contre le phishing, lancée aux États-Unis, pour laquelle il apporte son expertise technologique aux forces de l'ordre enquêtant sur ce type de délit.

    L'éditeur veut mettre la main sur les escrocs qui copient ses sites pour arnaquer des internautes par la technique du phishing.

    Ils les invitent, par e-mail, à aller sur des sites web frauduleux ayant l'apparence de ceux de Microsoft, par exemple MSN et Hotmail. Les victimes doivent alors saisir des données confidentielles, sans se douter du piège.

    Des plaintes dans cinq pays européens

    D'ores et déjà, Microsoft prévoit d'ici à la fin mars le dépôt de 53 plaintes contre des personnes suspectées dans 9 pays: France, Espagne, Allemagne, Autriche, Suède, au Royaume-Uni, ainsi qu'en Turquie, Maroc et Egypte. Un nombre qui devrait atteindre la centaine d'ici juin, a annoncé l'éditeur à Bruxelles lors d'une réunion organisée à Bruxelles par l'association européenne des fournisseurs d'accès (EISPA), et qu'il parrainait avec Interpol.

    Les personnes seront poursuivies par l'entreprise pour violation de copyright. «Le phishing est un délit. Il nuit à la confiance que les consommateurs ont dans l'internet, et freine les efforts des politiques européens et industriels visant à accroître l'adoption par le public de services internet innovants et utiles», s'est insurgé Neil Holloway, président de Microsoft EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique).

     Déjà 4.744 sites de phishing fermés

    En apportant son expertise et ses ressources techniques à la police, Microsoft a déjà contribué à la fermeture de 4.744 sites utilisés pour le phishing dans le monde.

    En janvier, un gang, qui avait imité son portail MSN pour duper ses utilisateurs, a ainsi été démantelé en Bulgarie. Bernard Otupal, de la cellule d'Interpol spécialisée sur les délits dans le monde high-tech et la finance, a salué cette coopération. Grâce à elle, les enquêteurs sont formés aux subterfuges employés pour le phishing.

    Mais il faut aller plus loin: «Les forces de l'ordre ne peuvent pas, seules, régler le problème. Il est temps qu'elles collaborent aussi avec les fournisseurs d'accès internet, les constructeurs et éditeurs de logiciels», a-t-il recommandé.

    Les sites de Microsoft ne sont pas les seuls utilisés pour les arnaques par phishing. Les escrocs imitent à la perfection les sites de banques, notamment, pour soutirer à leurs clients des données sensibles. Sur la seule période de décembre, 7.197 sites web ont été repérés, du jamais vu selon l'Anti-Phishing Working Group qui les recense.

    Source : Zdnet.fr

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :